Libérons-nous de l'occupation financière
  • J’agis !
  • Archives

    Après le séisme, l’occasion à saisir

    lundi 26 mai 2014

    Partagez l'article

    Déclaration de Jacques Cheminade, Président de Solidarité et Progrès

    Paris, le 25 mai 2014 – Ce qui est arrivé à ces élections européennes est ce qui devait arriver, faute de réelle alternative. D’abord, la victoire du Front National et l’effondrement du Parti Socialiste, ensuite le nombre élevé d’abstentions et enfin une profonde colère vis à vis d’une Europe qui a trahi les européens. Le moment est donc venu de saisir l’occasion pour sortir du piège, c’est à dire de l’euro et de l’Union européenne.

    Il ne peut s’agir, bien entendu, d’un repli national, mais de proposer un grand dessein, un projet mobilisateur aux peuples de notre continent. La France qui aujourd’hui n’est plus une République mais est devenue une oligarchie doit renaître en reprenant le flambeau de cette certaine idée exemplaire que Charles de Gaulle nous a transmis, au service de la cause de l’humanité comme la voulait Jaurès. Il s’agit d’être à nouveau nous-mêmes, patriotes et citoyens du monde.

    Proposons aux nations et aux peuples une Europe de l’Atlantique à l’Oural et bâtissons une Eurasie de l’Atlantique à la Mer de Chine, en arrêtant de participer au système émetteur de fausse monnaie de la Banque Centrale Européenne et de la City de Londres pour devenir inspirateurs d’un ordre de détente, d’entente et de coopération entre les peuples.

    Pour être en état de le faire, une vraie réforme bancaire doit nous libérer du jeu monétaire et financier et une politique de crédit public retrouvée doit nous permettre, avec les autres pays d’Europe et du monde, de financer les grands projets nécessaires pour le bien commun et les générations futures.

    La France n’est pas seule lorsqu’elle porte l’espérance du monde. Cependant, pour la porter, nous devons rompre avec une idéologie de l’impuissance et du pessimisme, et renouer avec les valeurs du Préambule de notre Constitution et du programme du Conseil National de la Résistance.

    Voit-on que sans cela le Front National, désormais si abondamment couvert par nos médias et dont la caste politique a créé les conditions d’émergence, deviendra la roue de secours d’un véhicule nous conduisant à l’abîme ? Croit-on qu’il peut être porteur de jours heureux ?

    Car il s’agit de redonner au monde l’horizon d’une paix positive, non un simple changement de politique mais un nouveau mode historique de développement mutuel, inspiré par le futur et non par les traditions du passé ou les extrapolations du présent.