Libérons-nous de l'occupation financière
  • J’agis !
  • Archives

    Désaveu

    mardi 31 mars 2015

    Partagez l'article

    L’édito de Jacques Cheminade

    Tout le monde considère ces élections départementales comme un désaveu. Désaveu, disons-le brutalement, de toute la politique française poursuivie depuis la mort de Georges Pompidou et le tournant de la rigueur de François Mitterrand.

    Désaveu, bien entendu, envers la politique d’austérité d’un gouvernement socialiste qui a trahi sa raison d’être. Le déni de réalité égotiste de Manuel Valls, nous assénant que « les appels à la mobilisation républicaine ont été entendus, d’autant plus que je me suis fortement mobilisé », ne rend les choses que plus pathétiques. Comme si le Parti socialiste n’avait pas perdu un département sur deux, dont les fiefs corrézien et essonnien du Président de la République et du Premier ministre et le Nord de Martine Aubry. Ils disent « c’est mieux que si c’était pire ! », s’est exclamé avec raison Emmanuel Maurel au sujet de son propre parti.

    Désaveu envers une droite « républicaine » qui a trahi son esprit républicain. Il s’est agi, en effet, plus d’un vote sanction vis-à-vis de la gauche que d’un vote adhésion à la droite, alors que Sarkozy s’est cyniquement efforcé de dépasser le Front national. En exigeant l’interdiction à l’école des menus de substitution, qui permettent aux enfants de culture musulmane ou juive de ne pas manger de porc à la cantine, et du port du foulard dans les universités, il a même essuyé les critiques d’Henri Guaino et de Rachida Dati ! Si le pseudo-gaulliste Florian Philippot veut faire servir du porc tous azimuts à ses électeurs lorrains, force est de constater que même les mairies FN proposent, elles, des menus de substitution !

    Désaveu envers une élection qui s’est déroulée hors de la réalité, sans que l’on sache les compétences et les pouvoirs des binômes pour qui on allait voter. Près de deux Français sur trois se sont abstenus ou ont voté Front national.

    Le phénomène le moins commenté est que les électeurs du FN sont majoritairement jeunes et ceux de l’UMP, vieux, et que se manifeste désormais une porosité de leurs électorats. Pas besoin de commentaire pour voir ce que cela signifie pour l’avenir prévisible. Le FN donne l’illusion d’une protection contre les dangers sans remettre sérieusement en cause l’ordre établi. Marine Le Pen n’est ainsi plus un défi pour le système, mais à la fois sa roue de secours et l’image du recours pour les victimes menacées d’écrasement. Elle protège tout, le travail « national » comme le capital, grand et petit, en jetant aux orties l’hospitalité fondatrice de notre pays.

    Comment donc expliquer son succès reposant sur un si grand écart ? Les Français sont-ils des veaux ? Non, mais faute de connaître autre chose, ils cherchent qui leur tiendra chaud. Alors que la gauche, en nouvelle convertie plus encore que la droite, a dévalorisé le travail, confortant le discours financier libéral tendant à le considérer comme un coût, « Marine » est apparue comme proche des gens et respectueuse des « petits ». Les bien-pensants, dont Le Monde est l’organe officiel, se précipitent maintenant contre sa politique étrangère.

    Que répondre ? Traiter de front les questions fondamentales pour nous tous : santé, emploi, éducation, sécurité et culture. Et montrer que pour le faire, il faut bien sortir de l’euro, de l’UE et de l’OTAN, non pas avec l’alliance Paris-Berlin-Moscou du FN, mais avec toutes les composantes des BRICS, et en premier lieu la Chine. L’enjeu est en effet mondial, et non celui d’un repli national de l’Atlantique à l’Oural. C’est contre l’Empire financier et ses oligarques qu’il faut se battre à l’échelle du monde, pour déverrouiller un système qui tue. Aux Etats-Unis, un homme, l’ancien gouverneur du Maryland et maire de Baltimore, Martin O’Malley, se bat contre ce système et propose de couper les banques en deux. Silence radio en France. Notre engagement est de briser l’omerta sur laquelle prospère le FN et trichent ses adversaires.


    L’édito de Jacques Cheminade est publié tous les 15 jours dans le journal Nouvelle Solidarité.