Libérons-nous de l'occupation financière
  • J’agis !
  • En Dordogne, des maires s’engagent pour Cheminade

    vendredi 13 mai

    Partagez l'article

    Le candidat à la présidentielle de 2017 vient d’effectuer une tournée en Dordogne, où il était l’invité du maire de Lembras, M. Michel Terreaux. Le 11 mai, ce dernier, qui avait déjà donné sa signature à Jacques Cheminade en 2012, l’a accueilli à la Mairie, en présence d’autres élus, membres du Conseil municipal et habitants de la commune.

    Les journalistes présents ont pu assister en direct aux échanges avec un candidat, invité à préciser sa démarche par rapport à la crise financière, ainsi que sur les conséquences catastrophiques de la réforme territoriale.

    Ce qui en ressort, c’est que cette démarche est vraiment prise au sérieux, en premier lieu par les élus, de plus en plus attirés par une candidature capable d’élever les débats. Ensuite, et c’est nouveau, par les médias locaux, comme cette chaîne de télévision Canal Pourpre, qui a filmé et installé sur son site l’intégrale de la rencontre.

    Le lendemain, trois autres médias ont couvert l’évènement. Lors de son journal du matin, France Bleu Périgord (à la 3e minute) interrogea le maire de Lembras, organisateur de la rencontre. Ce dernier ne s’est pas laissé intimider. Au journaliste qui lui lance : Ça ne vous dérange pas de donner votre parrainage, un parrainage perdu ? », M. le maire répond sans hésiter :

    « Non, pas du tout ! Il vaudrait mieux voter pour des gens en qui on croit plutôt que de voter pour une étiquette, comme des moutons (...) Même si je suis marginalisé, je suis libre de donner mon parrainage à qui je veux (...) Je suis heureux que quelqu’un comme Jacques Cheminade puisse faire passer son message.

    A Radio Bergerac95, le candidat a confié qu’il remarque une grande différence avec 2012. L’engagement des maires est beaucoup plus important. Convaincus que sa campagne peut nourrir le débat politique et élever le niveau, les maires parlent autour d’eux des solutions proposées par Cheminade et son mouvement politique. Ils ont bien conscience que la crise financière est devant nous et non pas derrière. La moindre « petite crise », provoquée par le Brexit en Angleterre ou les élections en Espagne le 26 juin, par exemple, peut en déclencher une énorme, sans même parler des élections américaines. « Quand on a traversé un désert, a conclu Cheminade, on a accumulé beaucoup de forces parce qu’on s’est habitué à ne pas boire et à être prêt à se battre. »

    Enfin, le grand quotidien régional Sud-Ouest, dans son édition du 12 mai, a été obligé de constater la détermination des maires « parrainant » Cheminade :

    Michel Terreaux, hôte du jour, et Yves Veyrac, maire de Montaut près d’Issigeac, ne se sont guère fait prier, eux qui avaient accordé leur précieux paraphe au même Cheminade, en 2012. ‘Je me faisais un point d’honneur de recevoir tous les représentants de candidats. Ceux de Jacques Cheminade sortaient de l’ordinaire’, se souvient Michel Terreaux, ex-employé de banque, convaincu par le discours résolument anti-‘finance internationale’ de l’intéressé et ni plus ni moins ‘fier’ de lui apporter son parrainage. ‘Dans nos Conseils municipaux ou à la Communauté d’agglomération, on est des béni-oui-oui, les ordres nous viennent de Bruxelles et retombent en cascade jusque dans les communes. Cet état de soumission dans lequel nous sommes tous me révolte.’ (...) ‘Je suis agriculteur’, poursuit Yves Veyrac. ‘Les prix sont extrêmement bas et pendant ce temps, dans les grandes bourses, on spécule sur des produits virtuels. Des gens se font du pognon en tapant sur des ordinateurs. C’est aberrant.’ Et de voir en Jacques Cheminade le candidat qui ‘met l’économie au service de l’homme’, la lutte des classes en moins.