Libérons-nous de l'occupation financière
  • J’agis !
  • Archives

    Migrants : c’est l’Europe qui fait naufrage

    vendredi 24 avril 2015

    Partagez l'article

    Avec son sommet extraordinaire sur les migrants, l’Union européenne a prouvé, s’il en fallait encore une preuve, qu’elle manque de cœur, d’intelligence et de compassion humaine.

    En triplant le budget de l’opération Triton, elle ne fait qu’offrir à Frontex plus de moyens pour surveiller et repousser les malheureux hors des frontières extérieures de l’espace Schengen. Elle se défausse ensuite de ses responsabilités sur les Nations unies et ne décide rien sur l’accueil et la prise en charge des migrants à leur arrivée. En somme, ne circulez pas et restez mourir chez vous.

    Attitude dont l’atroce cynisme est aggravé par le fait que ce sont nos pays européens et les Etats-Unis qui ont créé, économiquement et militairement, les conditions de chaos social et de terreur humaine qui poussent à fuir les Érythréens, Syriens, Soudanais, Irakiens et tous leurs frères de malheur.

    On entend dire : « C’est en partie de leur faute... », « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde », « ils ne pourront pas s’adapter ». La conclusion serait-elle de les renvoyer à l’expéditeur, comme nous l’avons fait en d’autres temps en livrant les réfugiés de toute l’Europe aux nazis ? Consciemment ou pas, c’est à une politique de dépopulation que nous nous livrons ainsi, sans même cette fois être un pays occupé, si ce n’est par la dictature financière.

    Au cours de ma campagne présidentielle, j’ai affirmé que « nous devons être à la fois capables d’assurer le développement des pays d’où viennent nos immigrés et de les intégrer le mieux que nous pouvons chez nous. Accueil et co-développement devront ainsi devenir, comme un tout cohérent, la mission universelle de la France ».

    Je le répète aujourd’hui : pour pouvoir développer l’Afrique, il faut d’abord sortir du système d’usure financière et d’ajustements structurels du FMI, de l’OMC et des accords de partenariat euro-africains actuels. Le système dans lequel nous vivons est un système de guerre de tous contre tous et de profit immédiat. Nous devons au contraire lancer de grands projets d’infrastructures à une échelle panafricaine pour créer la paix par le développement mutuel ! Seule cette politique, avec un vrai Plan Marshall pour l’Afrique, pourra redonner à tous le goût et la passion de vivre ensemble là-bas, sans être contraints de fuir l’intolérable.

    La dette des pays appauvris par la politique internationale, relayée par des gouvernements corrompus ou soumis, doit être annulée en faveur des peuples.

    A ce volet mondial et européen doit se joindre une politique républicaine d’immigration chez nous. L’immigration, à condition d’être orientée par un effort d’intégration, a toujours été facteur de dynamisme social.

    La France doit donner un signe fort de cette politique en créant un grand ministère de la Coopération, du Co-développement et de l’Immigration, car il ne s’agit pas de segments séparés, mais d’un tout.

    Idéaliste ? Utopiste ? C’est pourtant la seule direction à prendre pour ne pas laisser nos frères humains mourir dans l’indignité, l’indignité que nous leur infligeons par volonté ou abstention. Et nous avons besoin d’une immigration régulée pour le développement et le rayonnement de la France.

    Nous devons nous battre pour ce changement, en France et en Europe, pour que la Méditerranée ne devienne pas le cimetière annexe des pays qui en constituent le pourtour, jusqu’à s’étendre un jour à nos propres portes si nous ne sommes pas capables de changer.