Libérons-nous de l'occupation financière
  • J’agis !
  • Archives

    Vive la Grèce libre ! Libérons l’Europe

    mercredi 15 juillet 2015

    Partagez l'article

    PDF - 521.1 ko

    Ainsi, ils ont fait céder Tsipras. Combattons-les, combattons maintenant chez nous et partout, les faux monnayeurs et les maîtres chanteurs qui ont démantelé la Grèce en lui infligeant un protectorat financier.

    Car c’est à nous d’agir avec un plan d’ensemble :

    1. Annuler la politique européenne d’austérité financière et mettre en œuvre une stratégie des peuples, par les peuples et pour les peuples.
    2. Organiser de toute urgence une conférence européenne sur les dettes, prévoyant l’annulation des dettes odieuses et illégitimes et un moratoire pour les autres desserrant le garrot infligé aux peuples.
    3. Mettre en œuvre une vraie séparation bancaire, un Glass-Steagall global, constatant la faillite des méga-banques, les mettant hors d’état de nuire et réorganisant leurs comptes.
    4. Organiser entre pays européens, en dehors du système de l’euro et d’une UE qui s’est détruite elle-même, de grands projets de développement financés par le crédit public pour rétablir la justice sociale, la croissance physique et l’essor de la création humaine.
    5. Accorder nos pays européens aux membres des BRICS dans une stratégie internationale gagnant-gagnant contre l’oligarchie financière, en mettant nos grands projets en commun.
    6. Lancer le défi aux États-Unis de se joindre à cette dynamique en rejetant le régime anglo-américain de Bush-Obama.

    Déjà quatre sénateurs américains ont présenté au Sénat de leur pays un projet de loi rétablissant le Glass-Steagall de Roosevelt. Déjà se sont réunis à Oufa, en Russie, les pays membres des BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – pour mettre en œuvre de grands projets et un système financier qui ne soit pas inféodé au Fond monétaire international. Une dynamique s’enclenche, elle a besoin de notre adhésion et de notre engagement pour être à la hauteur du défi de notre époque.

    Vive la Grèce libre ! Une brèche a été ouverte le 5 juillet, à nous d’agir pour que rien ne puisse la refermer !